Jasmin CapitalJasmin Capital
Page

Mécénat

Jasmin Capital s’est doté en 2020 d’un Fonds de Dotation pour soutenir des missions d’intérêt général. Sa création a été publiée au Journal Officiel le 17 novembre 2020.

Ce Fonds de Dotation a cinq principaux champs d’actions :

  1. Education, notamment l’égalité des chances dans l’éducation avec l’accompagnement des jeunes dès le collège, l’éducation primaire et secondaire dans des pays en voie de développement
  2. Promotion du sport, notamment les sports de montagne et la voile
  3. Protection de l’environnement, notamment protection de la biodiversité, lutte contre la déforestation massive, lutte contre le réchauffement climatique, promotion de l’agriculture urbaine, préservation des milieux naturels marins et du littoral
  4. Santé, notamment lutte contre le cancer, aide à la santé mentale, assistance des enfants à l’hôpital
  5. Social, notamment inclusion sociale des personnes âgées et isolées, des personnes en situation de handicap

 

Ce Fonds de Dotation peut recevoir des dons, donations et legs, de la part des :

  • Entreprises, qui peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt à hauteur de 60 % du montant des dons, dans la limite de 5 ‰ du chiffre d’affaires
  • Particuliers, qui peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu (IRPP) égale à 66 % du montant des dons, dans la limite de 20 % du revenu imposable, dans le cadre des articles 200 et 238 bis du code général des impôts

Le numéro de SIREN du fonds de dotation est 891 125 999.

En 2021, le fonds de dotation Jasmin Capital a accompagné financièrement différentes associations :

  • L’ASM 17, l’association de parents d’enfants atteint du syndrome de Smith Magenis. Ce trouble du neurodéveloppement rare, d’origine génétique, est caractérisé par une déficience intellectuelle de gravité variable, des troubles comportementaux et des troubles du sommeil. Les patients présentent des caractéristiques physiques distinctives et de nombreuses malformations (par exemple, cardiaques, rénales). L’association a pour but de faire connaitre la maladie au plus nombreux et aider les familles par des conseils, un accompagnement et soutien financier ainsi que de soutenir des programmes de recherche médicale.

 

  • La fondation 101 qui a pour but d’améliorer la qualité des soins et réduire la mortalité en réanimation à travers son programme SATISFACTION. SATISFACTION est une méthodologie d’amélioration des pratiques combinant utilisation des données et formation des soignants pour évaluer et améliorer la performance des services de réanimation à travers le monde, et ainsi réduire la mortalité en réanimation à iso-moyens humains et matériels. En cours de développement, le programme SATISFACTION sera déployé dans l’ensemble du réseau de réanimation affilié à One O One (1204 services dans 66 pays) et permettra de sauver 1 million de vies en 4 ans.

 

  • Use it Again, un fonds de dotation pour la promotion et le développement de l’Économie Circulaire, mais c’est aussi le nom du trimaran de course ULTIME reconditionné et optimisé selon les principes du recyclages des matériaux. Pour Romain Pilliard et Alex Pella l’objectif de l’aventure est de prouver que l’on peut faire un tour du monde en recyclant des matériaux déjà utilisés, des cordages, des voiles, des winches et des panneaux solaires de seconde main.Le trimaran Use it Again est l’ancien bateau d’Ellen Mac Arthur avec lequel la navigatrice anglaise a remporté le tour du monde en solitaire en 2005. Romain Pilliard, qui est profondément convaincu des dangers qui pèsent sur notre planète, a choisi de donner un coup de main aux scientifiques qui travaillent sur la pollution sonore des océans. Le trimaran sera donc équipé de capteurs qui permettront d’enregistrer le son des animaux à plusieurs dizaines de kilomètres et d’établir ainsi une carte sonore des océans. Le scientifique Olivier Adam, estime en effet que la pollution sonore, produite par l’homme, est la menace la plus grave qui pèse sur le milieu marin.

 

  • LOBA (“Exprime toi” en lingala) est une association qui engage les citoyen·ne·s depuis 2008 à travers différentes formes d’arts comme des expositions ou des spectacles et ce dans des domaines d’actions variés : la santé, l’éducation, l’engagement. Mettre l’art au service de la Cité et des enjeux de société, transformant l’activisme en ARTivisme, tel est le projet de LOBA. L’art comme un outil de transformation sociale avec lequel on peut s’engager, s’instruire, se mobiliser ou se (re)construire.C’est en 2016 que né au sein de LOBA le projet Re-Création qui met cette fois, l’Art au service de la Santé. Depuis lors, l’association s’efforce d’aider les femmes victimes de violences mais aussi de sensibiliser le grand public sur les violences sexistes et sexuelles.

 

  • ALIMA (qui signifie en anglais « The Alliance for International Medical Action ») est une organisation médicale humanitaire créée en 2009. Elle est présente dans 14 pays d’Afrique.L’association a pour objectif de produire des secours médicaux lors de situations d’urgences ou de catastrophes médicales en fondant son mode opératoire sur le partenariat, principalement avec des acteurs humanitaires nationaux et des instituts de recherche. En mutualisant et en capitalisant leurs compétences, ALIMA et ses partenaires permettent l’accès à des soins de qualité au plus grand nombre de bénéficiaires et contribuent à l’amélioration des pratiques de médecine humanitaire à travers des projets de recherche opérationnelle.

 

  • MOCAPI est une association créée par des professionnels de la santé et du secteur socio-éducatif français et moldaves. Elle a pour but de développer des liens de coopération durables entre la Moldavie , la Roumanie et la France. Ses domaines d’interventions sont les suivants : la santé (aide matérielle et technique aux hôpitaux, formation de personnels de santé, promotion de la santé), la culture (promotion d’artistes moldaves et roumains en France à travers expositions, spectacles, vente d’objets d’art), l’éducation et les loisirs  (aides matérielles, séjours et échanges de jeunes, correspondances entre jeunes, , partenariats scolaires), l’économie (initiation de contacts dans le domaine du tourisme, de l’agriculture, du commerce), le soutien aux roumains et moldaves en France (étudiants, demandeurs d’asile avec l’obtention d’un stage, l’hébergement, les démarches administratives, des conseils et mise en contacts).